Notre histoire

NOTRE GROUPE FÊTE SES 100 ANS

2023 sonne pour Rougier bien plus qu’une simple date marquant la célébration du centenaire de notre groupe. C’est davantage la consécration d’un siècle d’engagement pionnier dans notre secteur, mû par la passion de gérer la forêt de manière responsable et développé par le goût d’en faire notre cœur de métier.

UN SIèCLE DE PASSION AU SERVICE DE LA FORÊT

Depuis 1994, la gestion forestière, au centre de notre développement

2020

Rougier Gabon se positionne comme fournisseur privilégié du tissu industriel gabonais et signe un contrat d’approvisionnement de grumes de déroulage okoumé certifié FSC® avec la société StarPly Gabon.

2019

Deuxième renouvellement de la certification FSC® pour le Gabon avec l’attribution de certificats pour chacune des 4 concessions.

2014

Deuxième certification FSC® controlled Wood pour la SFID, délivrée par Rain Forest Alliance en reconnaissance de la gestion responsable de ses concessions (272 000 hectares), en périphérie de Djoum.

2013

Premier renouvellement du certificat unique pour Rougier Gabon.

2013

La SFID emboîte le pas à toutes les filiales de Rougier et obtient à son tour la certification FSC® délivrée par Rainforest Alliance qui reconnaît la gestion responsable de 285 667 hectares.

2009

À son tour, Rougier Sylvaco, qui importe et commercialise à l’époque une large gamme de sciages, de contreplaqués et de produits transformés massifs pour des utilisations multiples, est certifié FSC®.

2008

Rougier Gabon parvient à faire certifier 688 000 hectares de concessions sous sa gestion par le label international FSC® ; un deuxième pas significatif est franchi dans notre démarche de gestion forestière responsable lorsque la chaîne de contrôle de Rougier international et Rougier panneaux est également certifiée FSC®.

1998

Premier plan d’aménagement sur les territoires regroupés de plusieurs concessions dans le Haut-Abanga sous forme d’une des premières UFA du Gabon approuvée par l’administration.

1994

Cette année marque l’entrée de Rougier dans la gestion forestière responsable qui s’inscrit désormais dans la stratégie de l’entreprise.

Rougier, une histoire de famille depuis 1923

Aux origines de notre histoire…

2018

Cession de toutes les activités au Cameroun. Cession de Rougier Sylvaco.

2005

En République du Congo, rachat des permis forestiers et de l’usine de Moualé appartenant à la société Cristal, voisine de Mokabi. Fusion des permis forestiers et développement de l’usine de Moualé.

De 1998 à 2005

Au sud-est du Gabon, dans le Haut-Ogooué, rachat et regroupement de 200 000 ha de concessions forestières. Construction d’une scierie équipée de séchoirs à Mbouma, près de Franceville, inaugurée par le président Omar Bongo Ondimba.

2000

Implantation tout au nord de la République du Congo de la filiale Mokabi, inaugurée par le président de la République Denis Sassou Nguesso. L’entreprise démarre ses activités avec une seule concession forestière (UFA) et lance la construction d’une unité de transformation du bois (scierie).

1997

Clarification de la commercialisation de Rougier : importation et la distribution en France pour Rougier Panneaux et pour Rougier Sylvaco ; négoce international pour Rougier International.

1995

Création de Bois Panneaux Rougier (BPR) pour la commercialisation des contreplaqués produits au Gabon.

1986

Cession de la SCAD en République centrafricaine.

1984 et 1988

L’activité de la SFID prospère avec l’acquisition d’un nouveau permis forestier et d’une scierie dans l’est du Cameroun (Mbang). Quatre ans plus tard, de nouvelles concessions forestières et une deuxième scierie s’ajoutent, cette fois dans le sud du Cameroun (Djoum).

1983

Les « Etablissements Rougier & Fils » deviennent « Rougier SA »

1981

Rougier prépare le rapprochement avec les sociétés Ocean (contreplaqués en pin maritimes et en okoumé, également implantée forestièrement et industriellement au Gabon et en République Centrafricaine) et la Société Landex (panneaux de particules). La société Rol (Rougier Ocean Landex) est créée, regroupant tous les actifs français des trois sociétés consacrées à la production et la commercialisation de tout panneau bois. La société Ocean appartenant à Saint-Gobain, en cours de nationalisation, Rougier agrée la cession à Saint-Gobain de sa participation dans Rol et reprend notamment les actifs africains d’Ocean au Gabon et en République centrafricaine.

Rougier gère de ce fait des productions forestières et des transformations de bois en Afrique très sensiblement augmentées ainsi que la branche Mussy Emballage jusqu’à sa cession en 1996.

Une activité de négoce international de bois jusqu’alors embryonnaire est développée sous le nom de Sylvaco.

1978

Avec la mise en service du chemin de fer Transgabonais, l’arrêt de la Sader à Port-Gentil puis le transfert des outils de production à Owendo, au sud de Libreville, sont actés.

1971

Arrêt des activités en Guyane et transfert des actifs forestiers et industriels à Dimako au Cameroun, pour permettre, en 1973, la fabrication de panneaux contreplaqués en ayous pour le marché local et européen.

1970

Par cette fusion avec la SA Mussy, Rougier devient l'un des tout premiers producteurs européens de panneaux de particules, en particulier sur ses développements hydrofuges et ignifuges. Rougier s’affirme aussi comme le premier producteur européen de panneaux contreplaqués exotiques.

1969

Prise de contrôle de la SA Mussy, productrice de panneaux de particules à Mussy-sur-Seine (10) et à Salbris (41) et d’emballages agricoles et industriels à Mussy-sur-Seine (10) et à Mauzé-sur-le-Mignon (79). Mussy est aussi implanté au Cameroun à Dimako (SFID), comme exploitant forestier et fabricant de planchettes en ayous afin de fournir ses usines d’emballage en France.

1968

Rougier Gabon rachète la société Cap renommée Sader, à Port-Gentil. Une chaîne de production de placages déroulés et séchés à destination des usines en France y est investie pour répondre à la demande du gouvernement gabonais de transformer localement.

1966

Rougier s’installe au Vanuatu (ex-Nouvelles-Hébrides) avec un permis forestier de 33.000 ha couvrant l’ensemble de l’île d’Erromango, riche en agathis et en tamanu, puis implante une scierie à Port-Vila. Au Gabon, achat de la Société forestière de Lambaréné (SFL) qui permet d’augmenter fortement le potentiel d’exploitation d’okoumé.

1964

Décès de Roger Rougier. Son frère, Maurice Rougier, prend la présidence.

1963

Le contreplaqué continue à avoir le vent en poupe ! Construction et démarrage d’une nouvelle usine moderne de production de panneaux contreplaqués exotiques à Fontenay-le-Comte, en Vendée. Rougier s’implante également en Guyane dans l’exploitation forestière, puis construit en 1967 une usine de placage à Cayenne.

1959

Cotation à la Bourse de Paris des actions des Établissements Rougier & Fils.

1954

Décès du fondateur Alexandre Rougier. Son fils Roger Rougier prend la présidence.

1953

Notre entreprise confirme son goût pour l’innovation en créant dans la zone industrielle de Niort-Romagné, une usine de panneaux de particules, la première construite en France. Une deuxième ouvrira ses portes cinq ans plus tard et la troisième, en 1962 sur le même site.

1952

Premier pas décisif dans l’histoire africaine de Rougier, l’acquisition au Gabon de la Compagnie forestière d’Azingo qui exploite l’okoumé. Notre première filiale hors Hexagone voit le jour sous le nom de Rougier Gabon.

1946

Sous la nouvelle dénomination « Ets Rougier et Fils », la production de contreplaqués est relancée et ne cessera de se développer sur le site de Niort-Saint-Symphorien dans les années 50 pour répondre aux besoins de la reconstruction d’après-guerre.

La commercialisation s’ouvrira sur le monde avec la conquête de nouveaux marchés (Etats-Unis, Cuba, Grande-Bretagne).

1939

La guerre contraint notre entreprise à réduire la voilure et à se limiter à la fabrication de boîtes, de semelles de chaussures et de caisses.

1938

Dans le même esprit, « Rougier, Chollet et Cie » décide de se lancer dans la production de contreplaqués à partir d’une essence de bois exotique emblématique du bassin du Congo : l’okoumé.

1930

Toujours à Niort : transfert rue Saint-Symphorien de la production et première fabrication de contreplaqués, toujours à partir de bois de peuplier. Le premier développement de notre histoire !

3 novembre 1923

Tout commence avec la création d’une société en commandite « Rougier, Chollet et Cie » pour produire et vendre des cageots à beurre et des boîtes à fromage en bois déroulé, destinées à l’industrie laitière de la région Poitou-Charentes.

Alexandre Rougier dirige l’entreprise dont il est aussi actionnaire. La société ouvre au 90 rue de la Gare, à Niort, chef-lieu du département des Deux-Sèvres, le premier atelier de fabrication utilisant les peupliers du Marais poitevin.