Le Plan d’Aménagement

Médiathèque

  •  

    Actions sociales vers les populations

     
  •  

    Actions sociales vers les salariés et leurs familles

     
  •  

    Exploitation forestière

     
  •  

    La faune

     
  •  

    Santé, sécurité et environnement sur les sites

     
  •  

    Sylviculture

     

CARTE GÉOGRAPHIQUE INTERACTIVE

Zones d’implantation et flux commerciaux

Le Plan d’Aménagement

Le plan d’aménagement d’une concession, une fois approuvé par les autorités concernées, engagera la société sur une très longue période (en général 30 ans). En conséquence, sa préparation doit suivre un processus long et complexe, fondé à la fois sur une démarche scientifique rigoureuse et sur une concertation large et permanente.

Études et préparation du plan

1 - Cartographie forestière

Une première cartographie forestière de base est élaborée, à partir de relevés satellites, cartes existantes et photographies aériennes, portant sur la description des formations végétales et de la topographie.

2 - Inventaire d'aménagement

Un inventaire, dit « d'aménagement », est réalisé de part et d’autre de layons rectilignes permettant un taux de sondage de 0,5 % à 1,5 % de la surface totale. Il va évaluer :

  • les ressources ligneuses disponibles sur le long terme, leur répartition dans l'espace et leur évolution dans le temps. Il couvre l'ensemble de la zone à exploiter. Tous les arbres de plus de 10 cm de diamètre sont ainsi inventoriés, qu'ils appartiennent ou non à des essences considérées comme commercialisables.
  • les indices de faune et de chasse; un diagnostic de la situation environnementale en matière de faune, d'espèces rares ou menacées, est dressé.
  • les produits forestiers non ligneux d'intérêt social: fruits de certains arbres, etc.

Toutes ces informations sont saisies, traitées et analysées sur un logiciel développé à cet effet puis couplées à un Système d'Informations Géographiques (S.I.G.), et visualisées sur des cartes.

3 - Diagnostic socio-économique

Il porte sur les populations locales vivant à l'intérieur ou en périphérie de la concession, et sur les travailleurs et résidents des chantiers forestiers. Il fait le bilan de la situation en matière de condition de vie, d'hygiène et santé, d'alimentation et d'approvisionnement en vivres, de pression sur les écosystèmes forestiers, de sécurité au travail, et plus généralement sur les attentes sociales. 

La rédaction du plan d’aménagement

Il s'agit de planifier l'exploitation forestière et l'ensemble des opérations à conduire sur la concession pour les prochaines décennies.
La concession est ainsi découpée en « zones », appelées séries, répondant à des objectifs spécifiques : séries de conservation, qui ne seront pas exploitées et deviendront des réserves protégées, séries agricoles, séries de production de bois d'œuvre.
Ces dernières sont alors découpées en Unités Forestières de Gestion (UFG - correspondant à environ 5 années d'exploitation). Leur calendrier d'exploitation durant la période de rotation est déterminé de façon à maintenir une production annuelle en quantité et par essence à peu près constante. Pour chaque essence, un Diamètre Minimum d'Aménagement (DMA) est calculé de manière à assurer une reconstitution suffisante de la forêt sur la durée de la rotation et à créer des conditions favorables à sa régénération.

Le plan contient également :

  • Un volet sur la gestion de la faune : la pression de la chasse et du braconnage est évaluée, et des solutions pragmatiques sont élaborées et mises en place.
  • Un volet socio-économique : il est axé autour de la recherche d'une meilleure intégration des travailleurs et des villageois dans leur environnement socio-économique.

Des partenariats avec les ONG nationales et internationales impliquées ainsi que les organismes de recherche accompagnent les mesures du programme social et de gestion de la biodiversité, notamment de la faune.

Le plan d’aménagement est ensuite soumis à l'administration forestière pour négociation puis agrément.

La mise en œuvre du plan d'aménagement

Elle modifie profondément les méthodes de travail de l'exploitation forestière, et demande un accompagnement permanent et une formation continue de l'ensemble du personnel.

1. Exploitation à Impact Réduit

De nouvelles méthodes d'exploitation sont mises en œuvre : meilleure planification des activités, réduction des surfaces de manœuvre des engins d'exploitation, optimisation informatisée de la construction des pistes de pénétration, de débardage et de débusquage, application de méthodes d'abattage contrôlé, limitation de l'érosion et des pollutions, etc.

2. Inventaire d'exploitation

Un inventaire d'exploitation exhaustif est maintenant effectué sur la totalité de l'Assiette Annuelle de Coupe; il remplace les opérations de comptage traditionnelles. Un an avant la récolte, tous les arbres aptes à être récoltés (selon le diamètre minimum autorisé et l'essence) sont ainsi identifiés, mesurés, positionnés et cartographiés sur un Système d'Information Géographique.
Cela permet une organisation et un suivi méticuleux de la future exploitation, une optimisation du tracé des pistes empruntées par les engins lors du passage dans la forêt, et un suivi individualisé de chaque grume, depuis la forêt jusqu'à sa destination finale.
Le "Plan Annuel d'Opérations" est alors élaboré pour chaque Assiette Anuelle de Coupe.

3. Suivi et contrôle de l'application du plan d'aménagement

L'application de chacun des documents d'aménagement et de gestion est évaluée selon des procédures préalablement définies. Des contrôles sont conduits sur le terrain, à la fois en interne et par l'Administration chargée des forêts. Des bilans annuels d'exploitation détaillés sont rédigés sur chacune des AAC exploitées avant leur fermeture.